Les denrées nécessaires en cas de pénurie

Tout d’abord, veillons à nous rappeler que nous ne sommes pas actuellement en pénurie. Aussi l’affluence dans les supermarchés est-elle une aberration. Cependant, faisons un bref récapitulatif des stocks à constituer en cas de récession.

1) De l'eau

La ressource la plus nécessaire est l’eau potable. Or il ne semble pas que les compagnies d’approvisionnement émettent quelques informations sur des coupures d’eau. Prévoyez un pack d’eau à disposition, si cela vous rassure. Mais il n’y a pas de quoi s’affoler.

2) De la farine

Encore une fois, la récession n’est pas proche, mais avoir de la farine de blé permet de faire du pain et des pâtes. C’est d’ailleurs un des aliments qui commence à être rationné, car certains en achetaient pour survivre des années.

3) Des légumineuses

Pendant que certains vont acheter des boites de lentilles ou de haricots, ceux qui ont choisi, plus tôt de viser l’autonomie alimentaire, avec un jardin ou un potager tiennent leur revanche face aux précédentes moqueries. Que ce soit en jardin ou sur un balcon, avoir un potager est toujours la solution la plus efficace pour avoir des légumes à disposition.

Supermarché

« Nous sommes en guerre », nous affirme Emmanuel MACRON. C’est vrai, mais pour l’instant nous sommes aussi loin de la pénurie. C’est pourquoi j’ai réalisé cet article sur les denrées nécessaires dans le but de rassurer. Inutile de dévaliser les supermarchés, car en le faisant on incite plus de camions à rouler et on accroit les risques de contaminations.

Payer en liquide est-il dangereux ?

En France, le paiement en liquide reste majoritaire. Il représente 68% des transactions en magasin. l’Organisation Mondiale de la Santé rassure au sujet des transmissions de virus par la monnaie. Sur un billet, les virus pourraient survivre entre 4 et 10 minutes, selon la banque de France. Rien n’est indiqué pour les pièces, qui pourraient s’apparenter à des surfaces proches des poignées de portes. Payer en liquide représente donc un risque, endigué par le fait de se laver très régulièrement les mains.

Faisons simple

Je ne vais rien vous apprendre, il n’est pas nécessaire de constituer des rations de pâtes et de riz pour des mois. Cela ne fait que précipiter la récession et oblige des transporteurs à se déplacer, donc propager les virus (grippe saisonnière, covid-19, H5N1 …) sans raison. Quant au papier toilette, il ne devrait pas être plus utile aujourd’hui qu’il y a quelques semaines.

Avoir un paquet de farine et des conserves (légumes, fruits, poissons) n’est pas inutile. Mais tenir un siège n’est pas nécessaire. Dans tous les cas, nous en serions incapable si le confinement strict était décrété sur une longue période. Les plus sereins sont ceux qui possèdent leur potager, c’est peut être à retenir pour la suite ?

Aussi est-il urgent de respecter les gestes barrières et de se laver les mains fréquemment. Manipuler de l’argent, ouvrir des portes, se servir de son téléphone ou d’une télécommande sont des actions que nous faisons tous les jours. Or c’est ainsi que se transmettent les virus, les bactéries, donc les maladies. Pensons donc au savon et au gel hydroalcoolique pour limiter les propagations.

Ne cédons pas à la panique

« Se faire du souci, c’est comme faire du rocking chair, ça occupe, mais ça ne sert à rien » / Van Wilder.

Céder à la panique, à quoi cela nous avance ? Faites quelques courses raisonnables, restez confinés le plus possible et lavez vous fréquemment les mains, puisque c’est tout ce que l’on peut faire. Aussi est-il nécessaire de relayer des informations et des messages positifs. Ne diffusons pas les témoignages malheureux (malades ou décès) nous sommes constamment sollicités pour partager ces derniers et c’est délétère.

En ce qui concerne l’activité de Quotidien Durable, elle est maintenue. Les articles continueront à être publié le jeudi et je reste disponible sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram.

On reste connecté 🌐

 

Partageons l'essentiel