Désinfection des rues : la polémique

La semaine passée, nous évoquions la désinfection des espaces publics avec diverses solutions toxiques. Alors que le Haut Conseil de Santé Publique recommande de ne pas désinfecter les rues, les ventes d’eau de javel enregistrent une hausse significative. La polémique enfle donc autour des enjeux environnementaux.

Sur les quatre semaines dernières, ce produit « jugé capable de détruire le coronavirus » a connu une hausse de ses ventes de 84%. C’est le quatrième produit le plus vendu en France. Pourtant, cette solution aqueuse d’hypochlorite de sodium et de potassium est loin d’être inoffensive. S’il est vrai qu’à court terme, elle élimine les micro-organismes (et peut être même le covid-19) il n’en reste pas moins qu’elle facilite le développement de bactéries résistantes. Nous l’évoquions d’ailleurs la semaine passée. 

Je vous invite à lire l’article : Coronavirus, vers une catastrophe écologique ?

Communiqué de la mairie de Toulouse
Communiqué de la mairie de Toulouse

Certaines villes continuent à désinfecter les rues les plus passantes. A Toulouse, par exemple, 186 sites seront désinfectés deux fois par semaine, par 70 agents de la collectivité territoriale. Sans compter la mise en danger des employés (non confinés, pulvérisant de la javel) le ministère de la santé estime que c’est inutile face à la maladie.

Pourtant, plus haut vous avez pu lire que la javel élimine « certainement » le virus 🤔

Seulement, même si le coronavirus ne « résistait pas » à la désinfection, il suffirait d’un passant porteur (possiblement sain) pour que ce dernier retrouve sa place au sol ou sur le mobilier urbain.

Par contre, la javel, une fois lessivée (voire rincée par les employés eux-mêmes) se retrouvera inévitablement dans les eaux pluviales, les cours d’eau, les nappes phréatiques et donc à terme dans nos verres ou nous assiettes.

En somme, Rachida Dati, qui plaide « Ne nous privons pas d’une méthode qui pourrait nous aider à freiner l’épidémie » omet complètement les enjeux écologiques.

En dépit des recommandations du ministère de la santé et du Haut Conseil de Santé Publique, les ventes d’eau de javel ont bondi de 84% en France, sur les quatre dernières semaines. Pour rappel, la javel ne contient aucun tensio-actif. Donc elle désinfecte, mais ne nettoie pas. Mélangée à certaines particules, elle dégage un gaz toxique et peut même exploser.

Comme souvent, nous cherchons une solution immédiate, qui amènera d’autres déséquilibres, que nous ne résoudront peut être jamais. L’urgence Covid-19 ne fait malheureusement pas exception à la règle et on me demandera bientôt « quelles sont mes recommandations ».

Les seuls conseils que nous devons appliquer sont ceux prodigués par le gouvernement, ce qui ne nous empêche pas d’être curieux et d’aller s’informer, sur Internet, notamment. Au milieu des « fake news » vous trouverez des articles scientifiques et des informations vérifiées ou publiées par les autorités.

Cet article tient ses sources de Consoglobe. Avez-vous eu vent de recommandations qui pourraient être utiles à tous ? Vous pouvez les partager sur la page Quotidien Durable.

On reste connecté 🌐

Partageons l'essentiel