Faire des économies grâce à l'écologie

Chacune de nos activités a un impact sur la planète. Pour rendre notre quotidien plus durable, nous avons des choix à faire. Encore faut-il savoir ce qui est polluant. Cet article vise à prouver que l’écologie va souvent de paire avec les économies.

1) Je repense l'utilisation de mon ordinateur

Les ordinateurs portables sont moins énergivores, c’est un fait. Mettre ce dernier en veille réduit d’ailleurs la consommation d’électricité de 15%. Le mieux est de l’éteindre quand une pause de plus de 30 minutes est prévisible. 

Dans l’idée, remplacer votre ordinateur fixe par un ordinateur portable est responsable, même si cela implique une nouvelle dépense énergétique en produisant l’outil. Si ce n’est pas au programme et que vous possédez à ce jour encore un écran cathodique, il est vraiment nécessaire de penser à un écran plat, plus responsable.

2) J'adapte la température

Une mauvaise gestion du chauffage est aussi la cause d’une consommation excessive d’énergie, qui se répercute sur la facture. Je cous invite simplement à découvrir cet article consacré à la température idéale de chaque pièce.

3) J'optimise chaque trajet

Les choses les plus simples sont souvent les plus économiques. Chaque trajet que l’on fait ne peut être effectué à pied. Aussi est-il intéressant d’optimiser chaque déplacement en voiture. Retenons que c’est les premiers kilomètres qui sont les plus polluants. Avec un peu d’organisation, chaque trajet peut nous éviter d’avoir à redémarrer la voiture. Un manque à gagner significatif tant au niveau de notre impact naturel que sur notre porte monnaie. Dans la mesure du possible, limiter ses déplacements véhiculés est toujours la meilleure solution.

4) Je coupe l'alimentation des mes équipements

Dans la même optique que l’ordinateur, l’utilisation des autres équipements électriques est à organiser. Savez-vous que 49% de la consommation d’une imprimante vient du mode « veille » ? Plus grave encore, même éteinte, l’imprimante est énergivore et représente 43% de l’énergie consommée par l’appareil. Le plus sain est de pouvoir couper l’alimentation des équipements, à l’aide d’une prise à interrupteur. Pensons-y, au moins en fin de journée.

5) J'achète des produits alimentaires locaux

21% de l’impact global sur le climat vient de l’alimentation. C’est plus que les transports qui représentent 14% ou l’habitat pour 13%. En évitant les produits emballés et transformés, potentiellement venus de loin, on réalise un beau geste pour la planète. 

Dans le même cadre, on essaie d’utiliser de la vaisselle réutilisable, surtout concernant les gobelets plastiques en les remplaçant par des tasses. Il existe même des pailles en inox lavables. Ne jetons plus, repensons notre façon de consommer.

6) Je limite les courriers

S’il y a des courriers dont on ne peut pas se passer, certains sont inutiles ou peuvent transiter par un autre canal, moins impactant. Pensons que chaque courrier envoyé, même par mail, génère de la pollution. 

En physique, vous pouvez choisir d’opter aussi pour un « stop pub » à apposer sur votre boite aux lettres. Vous ferez des économies en ne cédant pas aux « promotions » des supermarchés, qui vous incitent à surconsommer. 

Virtuellement, je vous invite à découvrir cet article pour utiliser Internet de façon responsable. En voyant la pollution générée par vos spams, vous aurez certainement à cœur de faire du tri.

7) J'offre une seconde vie au matériel

Le marché de l’occasion à une belle vie devant soi. Vous n’amenez pas votre voiture à la casse quand vous en changez ? Alors pourquoi amener à la déchetterie le sofa dont se sépare mamie, même s’il n’irait pas du tout avec le style de votre intérieur ? Certainement peut-il encore être utilisé par quelqu’un d’autre. En le vendant, vous lui accordez une seconde chance et cette transaction pourra directement être déduite du prochain achat. La meilleure solution étant, pour la nature, d’acheter à nouveau un produit d’occasion.

Voici une liste non exhaustive de choses auxquelles on peut penser au quotidien pour limiter notre impact naturel. Si certains nous semblent inacceptables, gardons à l’esprit que chaque geste compte. Nous avons le devoir de nous responsabiliser, en impactant nos habitudes en fonction de notre sensibilité et de nos capacités. 

Les chiffres évoqués dans cet article proviennent du journal du net.

Partageons l'essentiel