Protéger la biodiversité

La biodiversité est mise à mal, notamment par l’utilisation des pesticides et la destruction d’habitats naturels. Comment protéger nos oiseaux avec deux actes simples à mettre en place ? Nous évoquerons la possibilité de fabriquer des nichoirs et d’installer une mangeoire pour qu’ils puissent à la fois trouver un abris et de la nourriture épargnée par les traitements chimiques. Nous verrons aussi quels sont les précautions nécessaires pour que notre bonne action ne se transforme pas en propagation de maladies. Il n’est pas question dans cet article de parler d’apprivoisement d’animaux naturels. Ces derniers doivent rester libres et capables d’évoluer dans la nature. 

Fabriquer des nids

Nid hirondelles
© flickr

Selon la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) les populations d’hirondelles ont chuté de 30 à 40 % durant ces trente dernières années. Ce constat est lié à deux grandes causes que sont l’habitat et l’alimentation. Pour éviter la disparition de cette espèce emblématique de la biodiversité, il est intéressant de fabriquer des nids, remplaçant partiellement son habitat naturel. Pour rappel l’hirondelle est une espèce protégée.

Je vous invite à consulter ce tutoriel pour fabriquer votre nid d’hirondelles.

Fabriquer des nids pour les oiseaux répond à la problématique de l’habitat, souvent malmené par les activités humaines : tailles, tontes, travaux divers … Cependant, reste une seconde problématique, puisque les oiseaux se nourrissent principalement d’insectes. Or ces derniers se font rares avec l’utilisation à outrance de pesticides.

Nourrir les oiseaux

Quand les températures chutent au dessous de 7°C, les oiseaux sont particulièrement vulnérables. Nous avons tous vu des mangeoires installées dans des jardins ou sur des balcons, pourtant il y a quelques précautions primordiales qui ne sont pas toujours respectées. Tout d’abord, les animaux naturels doivent être nourris ponctuellement. Dans le cas contraire, des attroupements peuvent survenir et propager des maladies, ce qui n’est pas le but. Les mangeoires doivent donc être remplies quelques jours consécutifs dans des périodes froides et rangées et lavées le reste du temps.

Nichoir mangeoire
© pixabay

Vous n’avez pas encore fabriqué votre mangeoire ? Consoglobe y a consacré cet article.

Il est primordial de proposer des aliments frais aux oiseaux, uniquement pendant les périodes très froides. Vous pouvez opter pour des graines, mais aussi des matières grasses animales et végétales. Pensez bien que le but est de permettre aux animaux de survivre à un épisode particulièrement rude. Le but n’est pas de les adopter. Aussi est-il primordial de ne pas nourrir les espèces tous les jours, cela attirerai une population grandissante et permettrai le développement de maladies. Dans le même sens, une fois la mangeoire vide, pensez à bien la laver avant de la mettre de côté jusqu’à la prochaine chute brutale de température.

Respecter l'environnement

S’il est une chose à retenir, c’est de respecter l’environnement naturel. Bien entendu, cela passe par une utilisation très raisonnée des produits chimiques, y compris les raticides et les anti-limaces. Des méthodes permettent de les éloigner de votre jardin et de votre habitation, sans utiliser des produits toxiques.

Mais respecter la nature, c’est aussi éviter certaines tailles ou tontes qui ne sont pas nécessaires et conserver des espaces « naturels » pour laisser de la place à la biodiversité (haies, zones enherbées, bassins). Cela passe aussi par la fabrication de nichoirs ou de mangeoires pour les oiseaux, mais rien ne vous y oblige.

Si chaque geste compte, il faut aussi que chaque action soit réfléchie, étudiée et documentée. Mettre de la nourriture à disposition des animaux sauvages (oiseaux, hérissons, écureuils) pour leur permettre de passer l’hiver dans de bonnes conditions est louable.

Cependant, ces animaux sont avant tout sauvages et doivent subvenir seuls à leur besoin dès que possible. Leur apporter de la nourriture sur une longue période amène une surpopulation, des prédateurs potentiels et des maladies. C’est aussi une cause de l’arrivée des rats et autres « nuisibles pour votre foyer ».  

Dans les faits, à chaque fois que l’homme est entré en interaction avec un écosystème en voulant le protéger, il a réussi à faire tout l’inverse. L’homme fait partie de l’agrosystème dans lequel il évolue. Il doit donc agir sans vouloir contrôler à tout prix l’ensemble de son environnement.

Dans la même thématique, le printemps arrivant à grands pas, je vous invite à découvrir comment éviter les pesticides dans son jardin ou potager.

Vous faites des petites ou grandes actions pour protéger l’environnement ? Partagez vos trucs et astuces sur la page Quotidien Durable.

On reste connecté …

 

Partageons l'essentiel