Faire ses yaourts

Dans une démarche visant à réduire nos déchets, nous souhaitions acheter moins de yaourts. Précédemment, nous choisissions des pots en verres, pour limiter la production de plastique. Cependant, les produits sont chers et nous ne sommes pas complètement sûr du recyclage de 100% du verre, je ne parle même pas de l’opercule et du carton d’emballage « bien plastifié » autour des pots.

Comme le dit Axel, la seule façon d’être certain que nos plastiques ne se retrouvent pas dans la nature, c’est de ne pas consommer d’emballages. Une idée partagée par EcoloMe, qui lutte activement pour le zéro déchet.

On a donc demandé autour de nous et on s’est fait prêter une yaourtière. Cela nous permet d’économiser un peu d’argent et de réduire de beaucoup nos aller-retours aux bacs de recyclages, puisque les pots en verre sont réutilisables, comme leurs bouchons. Il ne nous reste que le lait (responsable) à acheter. Nous faisons confiance à la marque C’est qui le patron ?!

Ingrédients

Faire ses yaourts
©lignepapilles

Pour faire des yaourts, il vous faudra simplement du lait à température ambiante et un yaourt. Il faut compter environ 1L pour 8 pots « standards ».

Vous pouvez utiliser du lait stérilisé, écrémé, demi écrémé, entier ; de chèvre, de vache ou de soja. Notez simplement que la coagulation sera impossible avec d’autres laits végétaux.

La première fois vous utiliserez un yaourt commercial, remplaçable par un produit fait-maison par la suite.

Pour ce qui est de la méthode, il suffit de mélanger le lait avec votre yaourt dans un grand contenant, avant de remplir vos pots avec le produit. Placer les pots dans votre yaourtière et mettez-la en fonctionnement. Après un peu plus d’une heure, l’appareil devrait s’arrêter. Laissez le couvercle de la yaourtière en place le temps que les yaourts refroidissent. Cela devrait prendre plusieurs heures.

Ensuite, placer les bouchons sur chaque pot et conservez vos produits au frais.

Fonctionnement

Vous en conviendrez, faire du yaourt est très simple. Il faut du lait et un yaourt déjà fait. Le tout doit être placé dans une étuve (ou une yaourtière) et cela va créer de nouveaux produits.

Pour ce qui est du fonctionnement, la température entre 40°C et 45°C est idéale pour que les bactéries responsables de la fermentation lactique agissent. C’est pour cette raison que les pots ne doivent pas être bouchonnés, car ces bactéries doivent respirer. Plus le temps de chauffe sera long, plus le yaourt sera consistant.

La démocratisation de la yaourtière permet de réussir ses produits de façon quasi certaine, en s’assurant de la température idéale pour obtenir une acidité optimale.

Des yaourts et moins de déchets

Encore une fois, nous n’avons rien inventé. Partis d’un constat que chaque déchet évité est un acte de plus pour préserver la planète, nous avons choisi de faire nous mêmes nos yaourts. Encore une fois le do it yourself permet de réduire notre empreinte. Il est évident que ce n’est qu’un geste, mais je pense que chaque action a son importance et en plus ça nous fait économiser un peu d’argent, ce qui est toujours appréciable.

Je vous invite à découvrir mon article Faire des économies grâce à l’écologie pour trouver 7 idées applicables au quotidien et j’attends vos astuces perso. On reste connecté …

 

Partageons l'essentiel